Mon premier triathlon!

VELôPôDôLE!

Parfois on court, parfois on fait du vélo et parfois de la pô… Et parfois on fait les 3 ! Et pourquoi pas les 3 jusqu’au sommet de la Dôle ?

C’est ainsi que je me lançais il y a deux semaines dans mon premier triathlon d’hiver. Le but, enchaîner ces trois épreuves d’endurance, aller vite (ou du moins essayer…), et surtout ne pas perdre en efficacité lors des transitions. Pas si facile… les épreuves requérant déjà en soi un paquet d’énergie, il faut rajouter à cela un soupçon de lucidité et de rapidité.
La clé de la réussite (enfin tout est relatif…), avoir préparé avec soin son matériel dans chaque zone de transition pour éviter toutes mauvaises surprises (du genre, «Où ai-je mis mon casque :p ?», ou encore « Mon casque me tombe sur les yeux, il n’est pas du tout réglé ! Arghhhh pourquoi je ne m’en suis pas occupée avant… »). Ça paraît simple, mais je vous assure que tous ces réflexes ne se mettent en place qu’après plusieurs fâcheuses expériences !

La vélopôdôle, c’est 27km pour 1385m de dénivelé positif et 675m de dénivelé négatif.

Une bonne préparation pour la saison de trail qui s’annonce ! Le parcours nous emmène depuis la plaine jusqu’au sommet de la Dôle (situé dans le Jura occidental suisse), où par beau temps le panorama sur le bassin lémanique y est à couper le souffle.

Je cours, je fais du ski, mais le vélo c’est une autre histoire. Il est d’ailleurs bien au chaud dans ma cave mais n’a pas vu le jour depuis plusieurs mois… Ca s’annonce épique!

Du coup, c’est sans aucune prétention que je me suis inscrite à cette course, en ayant pour objectif de m’amuser et de préparer un peu mes gambettes pour la saison qui arrive.

La météo n’est pas fameuse mais moins pire que ce qui était annoncé. Nous aurons droit à de nombreuses éclaircies sur la première partie du parcours. Un brouillard tenace au-dessus de St Cergues et jusqu’au sommet nous empêchera malheureusement de profiter du paysage.

La difficulté pour moi (mais attendue) fut le VTT. Le parcours étant certes roulant, mais mon sous-entrainement m’a clairement fait défaut. C’est donc dans un mode tortue mais très régulier que je me suis installée et que j’ai pu parcourir sans trop de problèmes les 13 km du parcours. Les parties techniques furent assez cocasses… Je me souviendrai longtemps de la fameuse montée à Jean-Luc (d’ailleurs je me demande bien qui peut-être ce dénommé Jean-Luc !!), et des portages avec VTT, skis et chaussures de ski sur le dos. Là on était clairement passé en mode mulet !

Cette course populaire (plus de 150 participants tout de même pour cette 3ème édition) fut très bien organisée ! Bonne humeur au rendez-vous, un balisage parfaitement réalisé et des bénévoles fort sympathiques tout au long du parcours.

La partie course à pied (2 boucles sur un parcours vallonné) a pour mérite de faire monter le cardio avant d’entamer la suite des festivités. Le parcours pô nous a principalement fait longer les pistes de ski. J’aurais préféré un parcours un peu plus nature. Celui que nous avons emprunté, couplé à une mauvaise visibilité avait au final peu d’intérêt.

A l’arrivée, une raclette nous attendait. Ce fut bien agréable après plusieurs heures d’efforts, j’en aurais d’ailleurs bien repris 2, voire 3 ou 4, voire plus…

Cette course se fait également en équipe de 2 ou 3, et c’est probablement la formule que je choisirai pour une prochaine participation ! Car le VTT et moi, nous ne sommes pas encore les meilleurs amis du monde 🙂

Pour plus d’informations sur la course, c’est par ici!

Et le trailer 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*