Les Monts Telliers

Au pays du Grand Saint Bernard

La région du Grand Saint Bernard est un coin que j’affectionne tout particulièrement. Des chemins de randonnée à profusion, des paysages somptueux, un goût de bout du monde alors que la civilisation n’est pas si loin… et les fameux Saint Bernard l’été que j’avais eu le privilège d’aller promener.

Un hiver sans une randonnée à ski dans ce coin de paradis ne serait donc pas un vrai hiver. J’avais eu l’occasion d’y monter au mois de Novembre, mais les conditions ne nous ont pas permis de faire grand chose (vent très tempétueux et indice avalanche élevé), si ce n’est de monter jusqu’à l’hospice pour finir avec un bon bol de thé chaud. C’est un peu frustrés que nous étions redescendus, la neige au moins n’était pas mauvaise et nous avions profité d’une belle descente.

Ni une ni deux… Nous sommes déjà début Avril mais la saison de ski n’en est pas pour autant terminée. Les spatules me démangent et le temps printanier qui s’installe m’inspire de belles courses en montagne. J’insiste auprès de Solenne, qui réalisera cette course avec moi. Je la sens en effet très peu motivée pour rechausser les skis, elle est déjà passée en mode été… mais je ne sais pas pourquoi j’ai un très bon pressentiment. C’est donc naturellement que je lui propose une nouvelle tentative aux Monts Telliers (la première en Novembre fut soldée par un échec faute de neige et s’était transformée en une journée poudreuse au dessus d’Aoste).

C’est ainsi que nous partons tout sourire en ce Jeudi matin et sous un grand soleil . Arrivées au parking, nous remarquons que nous ne sommes pas seules! Cela a au moins le mérite de me rassurer, les conditions là haut ne doivent pas être si mauvaises! 🙂

Nous montons à un rythme tranquille mais régulier qui nous permet de profiter des paysages grandioses qui nous entourent. La Pointe du Drône nous fait face et ses pentes commencent sérieusement à me titiller! De quoi rêver à de futures belles sorties… Au fond de la Combe, nous obliquons sur la droite pour rejoindre ensuite les lacs du petit Lé et du Grand Lé. Nous rejoignons encore une fois par la droite la cuvette au pied des pentes terminales. Et c’est sans grande difficulté (mais avec quelques dernières conversions aériennes) que nous atteignons le sommet des Monts Telliers. Nous n’avons déchaussé que 10 mètres avant le sommet, un vrai luxe. De là haut, un paysage à 360° s’offre à nous: Grand Combin, Mont Vélan, Grandes Jorasses, Mont Blanc… c’est tout simplement magique. Et nous sommes seules au sommet! Les collants pipettes sont redescendus depuis longtemps.

A la descente, nous optons pour de jolis petits couloirs mais pas trop raides à droite du sommet avec une neige au top. Il est probablement tombé la nuit d’avant quelques centimètres de poudreuse qui font notre bonheur et celui des autres randonneurs présents en cette journée. De quoi vous donner le sourire!! Nous nous arrêtons quelques centaines de mètres plus bas pour un pique nique bien mérité. Le reste de la descente ne sera que pur plaisir jusqu’au parking.

En résumé: un itinéraire toujours aussi beau. Finalement assez peu de monde (mais nous sommes Jeudi…), une neige étonnamment très agréable à skier, mais des températures anormalement hautes qui nous auront fait soufrir… Et en prime un bronzage d’écrevisse dont nous nous serions passés… (crème solaire oubliée 🙁 ).

Nous terminerons cette belle journée en mode après ski au Cully Jazz! 😀

Dénivelé: + 1024 m

Altitude min/max : 1927 m / 2951 m

Longueur totale: 12.0 km

L’itinéraire est parfaitement décrit sur camptocamp mais n’hésitez pas à m’écrire en cas de questions 😉 !

Je vous laisse avec quelques photos souvenirs, qui je l’espère vous donneront envie de découvrir ce petit coin de paradis.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*